Day: October 12, 2020

Astronomers witness star being ‘turned into spaghetti’ by black hole

Stars that wander too close to vast supermassive black holes are shredded (“spaghettified”) into thin streams of material, which are in turn devoured, releasing flashes of light.’ data-reactid=”25″>Stars that wander too close to vast supermassive black holes are shredded (“spaghettified”) into thin streams of material, which are in turn devoured, releasing flashes of light.

Matt Nicholl, a Royal Astronomical Society research fellow and lecturer at the University of Birmingham, said: “The idea of a black hole ‘sucking in’ a nearby star sounds like science fiction. 

“But this is exactly what happens in a tidal disruption event.”

Read more: What are fast radio bursts, and why do they look like aliens?‘ data-reactid=”35″>Read more: What are fast radio bursts, and why do they look like aliens?

The team carried out observations of AT 2019qiz, located in a spiral galaxy in the constellation of Eridanus, over a six-month period as the flare grew in luminosity and then faded away.

“Several sky surveys discovered emission from the new tidal disruption event very quickly after the star was ripped apart,” said Wevers. 

“We immediately pointed a suite of ground-based and space telescopes in that direction to see how the light was produced.”

NASA Crew Dragon mission to ISS delayed to investigate SpaceX Falcon 9 engine issue

NASA’s Shannon Walker, Victor Glover and Michael Hopkins will join JAXA’s Soichi Noguchi on the first operational Crew-1 flight of the SpaceX Crew Dragon.


NASA

A Halloween launch for SpaceX’s Crew-1 mission to the International Space Station won’t be happening. It’s been more tricks than treats for space launches lately.

SpaceX’s first regular operational mission (meaning not a test mission) to ferry astronauts to the ISS has been pushed back to no sooner than early to mid November, NASA announced Saturday

“The extra time will allow SpaceX to resolve an unexpected observation during a recent non-NASA launch attempt,” tweeted Kathy Lueders, NASA’s human spaceflight program lead.

The delay is related to “off-nominal behavior of Falcon 9 first-stage engine gas generators,” according to NASA. The agency didn’t specify which Falcon 9 launch attempt. Most recently, on Oct. 6, SpaceX sent more Starlink broadband satellites into orbit but it also aborted an attempt to launch a Space Force GPS satellite on Oct. 2.

There have been plenty of recent scrubs for SpaceX and other launch providers where rockets didn’t take off for reasons ranging from weather to technical issues. 

NASA’s Commercial Crew Program, which includes SpaceX and Boeing, is aimed at ending the agency’s reliance on Russian spacecraft to carry astronauts to the ISS. NASA astronauts Michael Hopkins, Victor Glover and Shannon Walker are still ready to take flight along with Soichi Noguchi of Japanese space agency JAXA for Crew-1.

SpaceX has more than just the astronaut mission on its plate. It’s also in charge of a NASA ocean-monitoring satellite launch set for Nov. 10 and an upcoming cargo mission to the ISS. All of these rely on the workhorse Falcon 9 rocket system.  

“With the high cadence of missions SpaceX performs, it really gives us incredible insight into this commercial system and helps us make informed decisions about the status of our missions,” Lueders said in the NASA statement. “The teams are actively working this finding on the engines, and we should be a lot smarter within the coming week.”  

Astronomers see a black hole ‘spaghettify’ and swallow a star in real time

Artist’s impression of star being tidally disrupted by a supermassive black hole.  


ESO/M. Kornmesser

It’s one of those astounding events that sounds like science fiction, but is just plain science. Astronomers say they were able to capture in unprecedented detail the process of a star being ripped into strips and devoured by a black hole. 

The powerful phenomenon caught the attention of scientists when a new blast of light near a known supermassive black hole was spotted by telescopes around the world. Months worth of follow-up observations made it clear they were seeing the destruction of a far-off sun as it happened.

“In this case the star was torn apart with about half of its mass feeding — or accreting — into a black hole of one million times the mass of the sun, and the other half was ejected outward,” explained astronomer Edo Berger from the Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, in a statement.  

The violent scene is what astronomers call a tidal disruption event, which happens when a star comes too close to a black hole and gets shredded through a process of spaghettification — basically, the gravity of the black hole is so intense that it stretches whatever comes near vertically into long, thin shapes like pieces of spaghetti as it swallows it all up. 

The event, which goes by the catalog entry AT2019qiz and is the closest such flare ever seen at just 215 million light-years away, was caught early enough that scientists have been able to get a relatively unobscured view of the cosmic carnage before a cloud of star guts pulls a veil over the region.

“We could actually see the curtain of dust and debris being drawn up as the black hole launched a powerful outflow of material with velocities up to 10,000 km/s (22 million miles per hour),” explained Kate Alexander, a NASA Einstein Fellow at Northwestern University. “This is a unique ‘peek behind the curtain’ that provided the first opportunity to pinpoint the origin of the obscuring material and follow in real time how it engulfs the black hole.”

A paper on the discovery was published Monday in Monthly Notices of the Royal Astronomical Society

The event is so close and clear that Berger says it will help scientists learn more about the powerful forces at work, particularly the simultaneous pull of the shredded star into the black hole and the outward explosion of material from the star. 

“Until now, the nature of these emissions has been heavily debated, but here we see that the two regimes are connected through a single process.”

The hope is that AT2019qiz could be a sort of Rosetta stone for studying and interpreting what black holes have for lunch in the future. One distant day, intergalactic space travelers may even give thanks that this discovery regularly allows them to warp around the universe without turning into space spaghetti.

Astronomers captured rare images of a black hole shredding a star into spaghetti-like strands and devouring it

  • Astronomers at the European Southern Observatory observed a black hole sucking in a faraway star, shredding it into thin strands of stellar material.
  • This process, known as “spaghettification,” happens because of black holes’ powerful gravitational force.
  • At 215 million light-years away, this spaghettification process is the closest ever observed by astronomers. 
  • Visit Business Insider’s homepage for more stories.

Astronomers have captured a rarely-seen event: a flare of light caused by a black hole devouring a nearby star like spaghetti.

Observed in the Eridanus constellation, about 215 million light-years away from Earth, the star’s destruction is the closest such event astronomers have ever observed. 

“When an unlucky star wanders too close to a supermassive black hole in the center of a galaxy, the extreme gravitational pull of the black hole shreds the star into thin streams of material,” study author Thomas Wevers, a fellow at the European Southern Observatory in Santiago, Chile, said in a press release about the discovery.

This process is called a tidal disruption event – or, more colloquially, “spaghettification,” a nod to the long, thin strands a star becomes as the black hole’s gravity stretches it thinner and thinner. 

When these strands get sucked into the black hole, they release a powerful flare of energy that astronomers can detect, even from hundreds of millions of light-years away. 

spaghettification

A screenshot taken from a video zooming in on the AT2019qiz tidal disruption event, 215 million light-years away. This phenomenon, a blast of light from a star being ripped apart by a supermassive black hole, has been studied by ESO telescopes.

N. Risinger/ESO/Digitized Sky Survey 2


The researchers studied the dying star over a six-month period, using tools including ESO’s Very Large Telescope and its New Technology Telescope, and published their findings in Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Examining spaghettification in ‘unprecedented detail’

The research team discovered the star soon after it started getting ripped apart, and observed it through ultraviolet, optical, X-ray and radio wavelengths. The combination of the star’s proximity and timing allowed the astronomers to study it in “unprecedented detail,” according to the press release.

Even though a spaghettifying star releases a bright energy flare, researchers have often had trouble in the past examining such flares because dust and debris obscure them. Now they know the debris comes from the spaghettification process itself.

“We found that, when a black hole devours a star, it can launch a powerful blast of material outwards that obstructs our view,” Samantha Oates, an astronomer at the University of Birmingham and a coauthor of the study, said in the press release.

In other words, as the black hole gobbles up the star, it releases energy that flings chunks of star-debris outwards. 

The team also estimated the size of the dying star: It was about the mass of our own Sun, which is 2×1030 kg, or about 330,000 Earths. 

By the end of the study period, “it lost about half of that to the monster black hole, which is over a million times more massive,” Matt Nicholl, a Royal Astronomical Society research fellow at the University of Birmingham and lead author of the study, said in the press release. 

Going forward, the astronomers hope their detailed observations of this spaghettifying star can help future researchers demystify similar events – and in doing so, help us learn more about how black holes and matter interact. 

Russia shuns US lunar program, as space cooperation under threat

The US hopes to return astronauts to the Moon in 2024—for the first time since 1972
The US hopes to return astronauts to the Moon in 2024—for the first time since 1972

Russia is unlikely to participate in the Moon-orbiting station planned by the United States, a Russian official said Monday, marking the probable end of the type of close cooperation seen for two decades on the International Space Station (ISS).

The proposed new station, called the Gateway, “is too US-centric, so to speak,” Dmitry Rogozin, the head of the Russian space agency Roscosmos, said, adding Russia was “likely to refrain from participating in it on a large scale.”

Speaking by videolink to the 71st International Astronautical Congress (IAC), Rogozin pointedly described the ISS as “a truly international project”—it was built by the two nations and has been occupied by Russians and Americans since 2000.

Europe, Canada and Japan also participate in the ISS.

The ISS has avoided the sharp deterioration of political relations between Moscow and Washington, with Roscosmos and Nasa operating the station hand-in-hand and American astronauts using Russian rockets to get there since 2011.

But the ISS is nearing the end of its life, probably by 2030, and NASA has unilaterally launched a lunar exploration program without prior consultation with Russia and other partners.

The Gateway was announced under President Donald Trump as part of plans to return American astronauts to the Moon in 2024—for the first time since 1972—under a program dubbed Artemis.

NASA maintains that the project is an international collaboration, and is seeking to involve other nations after Canada, Japan and Italy signed agreements.

Rogozin, speaking in remarks that were translated live, left open the chance of some future cooperation.

He said Russia supported “standardization of interfaces” that could allow Russian craft to dock at the station.

“A flight to the Moon is associated with a high risk… this is why we need to have at least two transportation systems,” he said.


NASA head: Space station hole cause will be determined


© 2020 AFP

Citation:
Russia shuns US lunar program, as space cooperation under threat (2020, October 12)
retrieved 12 October 2020
from https://phys.org/news/2020-10-russia-shuns-lunar-space-cooperation.html

This document is subject to copyright. Apart from any fair dealing for the purpose of private study or research, no
part may be reproduced without the written permission. The content is provided for information purposes only.

Trait humain en évolution rapide: une artère supplémentaire dans nos bras


(Journaliste)

Une étude réalisée en Australie suggère que les manuels sur l’anatomie humaine devront refléter un changement fondamental d’ici la fin de ce siècle: la plupart d’entre nous auront trois vaisseaux sanguins coulant le long de notre bras, au lieu de deux. Les chercheurs qui étudient les cadavres adultes rapportent une forte augmentation de cette troisième artère, rapporte Science Alert . L’extra coule au milieu du bras, entre les artères radiale et ulnaire les plus connues. En fait, nous avons tous cette artère dans l’utérus, pour mieux fournir du sang aux mains en croissance, selon la BBC . Mais comme l’expliquent les chercheurs dans le Journal of Anatomy , il disparaît généralement pendant la gestation et a disparu depuis longtemps au moment de la naissance. Du moins, c’est ainsi que les choses étaient utilisées .

«Depuis le 18e siècle, les anatomistes étudient la prévalence de cette artère chez les adultes et notre étude montre qu’elle augmente clairement», explique Teghan Lucas de l’Université Flinders. Les chercheurs disent que l’artère est restée coincée chez environ 10% des adultes au milieu des années 1880, mais ce chiffre est passé à 30% depuis. «C’est une augmentation significative sur une période assez courte, en ce qui concerne l’évolution», déclare Lucas. À ce rythme, la plupart des gens auront la troisième artère d’ici 2100, note un article sur SlashGear . La bonne nouvelle est que l’approvisionnement en sang supplémentaire entraînerait théoriquement des avant-bras plus forts et des doigts plus agiles, note Science Alert. Mais il y a aussi un inconvénient notable: ceux qui ont une artère supplémentaire semblent être plus à risque de développer le syndrome du canal carpien. ( Un os du genou supplémentaire apparaît également chez l’homme.)

Dans l'œil d'un cyclone stellaire féroce: les secrets bizarres d'une star de la bombe à retardement

Wolf-Rayet Binary Apep

Image infrarouge du binaire Wolf-Rayet, baptisée Apep, à 8 000 années-lumière de la Terre. Crédit: Observatoire européen austral

Pendant le verrouillage COVID, un étudiant de premier cycle de l’Université de Sydney a écrit un document de recherche sur un système stellaire surnommé l’un des «paons exotiques du monde stellaire».

Seule une étoile sur cent millions est coupée pour être classée Wolf-Rayet: des étoiles férocement brillantes et chaudes vouées à un effondrement imminent dans une explosion de supernova ne laissant qu’un vestige sombre, comme un trou noir [19459010 ].

Les plus rares, même parmi les Wolf-Rayets, sont d’élégantes paires binaires qui, si les conditions sont réunies, sont capables de pomper d’énormes quantités de poussière de carbone entraînées par leurs vents stellaires extrêmes. Alors que les deux étoiles tournent en orbite, la poussière est enveloppée dans une belle queue de suie rougeoyante. Seule une poignée de ces panaches sculptés en spirale a été découverte.

L’objet de cette étude est la dernière star à rejoindre ce club d’élite, mais il a été constaté qu’elle enfreignait toutes les règles.

«Mis à part l’image époustouflante, ce qui est le plus remarquable à propos de ce système stellaire, c’est la façon dont l’expansion de sa belle spirale de poussière nous a laissés totalement perplexes», a déclaré Yinuo Han, qui a terminé la recherche au cours de son année d’honneur à l’École de La physique.

«La poussière semble avoir son propre esprit, flottant beaucoup plus lentement que les vents stellaires extrêmes qui devraient la conduire.

Les astronomes sont tombés sur cette énigme lorsque le système a été découvert il y a deux ans par une équipe dirigée par le professeur Peter Tuthill de l’Université de Sydney. Ce système stellaire, à 8000 années-lumière de la Terre, a été nommé Apep en l’honneur du dieu serpentin égyptien du chaos.

Les recherches de M. Han, publiées dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society , confirment ces découvertes et révèlent la physique bizarre d’Apep avec des détails sans précédent.

En appliquant des techniques d’imagerie à haute résolution au très grand télescope de l’Observatoire austral européen à Paranal au Chili, l’équipe a pu sonder les processus sous-jacents qui créent la spirale que nous observons.

«Le grossissement requis pour produire les images était comme voir un pois chiche sur une table à 50 kilomètres», a déclaré M. Han.

Modèle précis

L’équipe est allée plus loin que la confirmation de la découverte antérieure, produisant pour la première fois un modèle qui correspond à la structure complexe en spirale, améliorant la capacité des scientifiques à comprendre la nature extrême de ces étoiles.

Professor Peter Tuthill

Co-auteur Professeur Peter Tuthill de l’Institut d’astronomie de Sydney à l’Université de Sydney. Crédit: Université de Sydney

«Le fait que ce modèle relativement simple puisse reproduire la géométrie en spirale à ce niveau de détail est tout simplement magnifique», a déclaré le professeur Tuthill.

Cependant, toute la physique n’est pas simple. L’équipe de M. Han a confirmé que la spirale de poussière s’étend quatre fois plus lentement que les vents stellaires mesurés, ce qui n’est jamais vu dans d’autres systèmes.

La théorie principale pour expliquer ce comportement bizarre fait d’Apep un candidat sérieux pour produire un sursaut gamma quand il finit par exploser, ce qui n’a jamais été vu dans la Voie lactée .

Le Dr Joe Callingham, co-auteur de l’étude de l’Université de Leiden aux Pays-Bas, a déclaré: «Il y a eu une vague de recherches sur les systèmes d’étoiles Wolf-Rayet: ce sont vraiment les paons du monde stellaire. Les découvertes sur ces objets d’une beauté élégante, mais potentiellement dangereux, provoquent un véritable buzz en astronomie.

Il a dit que cet article était l’un des trois à être publié cette année sur le système Apep seul. Récemment, l’équipe a démontré qu’Apep n’était pas seulement composé d’une étoile Wolf-Rayet, mais en fait de deux. Et des collègues de l’Institut des sciences spatiales et astronautiques du Japon publieront bientôt un article sur un autre système, Wolf-Rayet 112. L’auteur principal de cet article, Ryan Lau, était co-auteur de cet article avec M. Han.

Bombes à retardement

Les étoiles Wolf-Rayet sont des étoiles massives qui ont atteint leur phase finale stable avant de devenir supernova et de s’effondrer pour former des restes compacts tels que des trous noirs ou des étoiles à neutrons.

«Ce sont des bombes à retardement», a déclaré le professeur Tuthill.

«En plus de présenter tous les comportements extrêmes habituels des Wolf-Rayets, l’étoile principale d’Apep semble tourner rapidement. Cela signifie qu’il pourrait avoir tous les ingrédients pour faire exploser un long sursaut gamma quand il va en supernova.

Les sursauts gamma sont parmi les événements les plus énergétiques de l’Univers. Et ils sont potentiellement mortels. Si un sursaut gamma avait un impact sur la Terre, il pourrait dépouiller la planète de sa précieuse couche d’ozone, nous exposant tous aux rayons ultraviolets du Soleil. Heureusement, l’axe de rotation d’Apep ne présente aucune menace pour la Terre.

«Époustouflant»

Les chiffres révèlent la nature extrême d’Apep. Les deux étoiles sont chacune environ 10 à 15 fois plus massives que le Soleil et plus de 100 000 fois plus brillantes. Là où la surface de notre étoile d’origine est d’environ 5500 degrés, les étoiles Wolf-Rayet mesurent généralement 25 000 degrés ou plus.

Selon les dernières découvertes de l’équipe, les étoiles massives de l’orbite binaire Apep sont en orbite tous les 125 ans à une distance comparable à la taille de notre système solaire.

«Les vitesses des vents stellaires produits sont tout simplement époustouflantes», a déclaré M. Han. «Ils filent des étoiles à environ 12 millions de kilomètres à l’heure; c’est 1% de la vitesse de la lumière.

«Pourtant, la poussière produite par ce système se dilate beaucoup plus lentement, à environ un quart de la vitesse du vent stellaire.»

M. Han a dit que la meilleure explication à cela se réfère à la nature à rotation rapide des étoiles.

«Cela signifie probablement que les vents stellaires sont lancés dans différentes directions à des vitesses différentes. L’expansion de la poussière que nous mesurons est entraînée par des vents plus lents lancés près de l’équateur de l’étoile », a-t-il déclaré.

«Notre modèle correspond maintenant assez bien aux données observées, mais nous n’avons pas encore tout à fait expliqué la physique de la rotation stellaire.»

M. Han poursuivra ses études astronomiques à l’Université de Cambridge lorsqu’il commencera son doctorat plus tard cette année.

Référence: «Le système de vent de collision extrême Apep: imagerie résolue de la binaire centrale et du panache de poussière dans l’infrarouge» par Y Han, PG Tuthill, RM Lau, A Soulain, JR Callingham, PM Williams, PA Crowther, BJS Pope and B. Marcote, 12 octobre 2020, Avis mensuels de la Royal Astronomical Society .
DOI: 10.1093 / mnras / staa2349

Le lancement mystérieux de SpaceX en octobre identifié comme un satellite espion américain

Une semaine après les premiers signes de la mission , le National Reconnaissance Office (NRO) a confirmé que le lancement mystérieux de SpaceX en octobre emportera un nouveau satellite espion.

Connue sous le nom de NROL-108, la mission intrigue pour plusieurs raisons, allant de sa trajectoire de lancement implicite, de la fusée susceptible de la lancer et du secret qui l’entoure. Bien que les lancements de satellites NRO et ce que fait généralement l’agence soient tous deux très secrets, il est encore extrêmement rare qu’un lancement par le gouvernement américain de quelque nature que ce soit reste secret juste un mois avant le décollage.

Pour SpaceX, la mystérieuse mission Zuma est la seule mission américaine de mémoire récente à dépasser le niveau de secret NROL-108 est enveloppé, restant essentiellement inopiné et non réclamé par une agence gouvernementale avant, pendant, et après le lancement. Cependant, un lancement séparé effectué environ six mois avant Zuma permet de faire la lumière sur le dernier contrat surprise de SpaceX.

Un booster Block 3 Falcon 9. (Tom Cross)

La seule mission NROL-108 qui rappelle est en fait le premier lancement de SpaceX pour le NRO – NROL-76. Lancée en mai 2017, la charge utile – supposée être impliquée dans une sorte de test en orbite terrestre basse (LEO) d’opérations de proximité – reste classée et presque entièrement un mystère à ce jour. La chose la plus notable à propos de la mission était le fait que le vaisseau spatial a fait à plusieurs reprises des passages rapprochés vers la Station spatiale internationale (ISS) – incroyablement inhabituel dans la mesure où la NASA et la Russie conservent un contrôle strict sur ce qui peut et ne peut pas s’approcher de l’avant-poste avec équipage.

Comme le NROL-76, le NROL-108 se lancera sur une fusée Falcon 9, tandis que l’amplificateur de la mission sera autorisé à tenter un retour au site de lancement (RTLS) sur la terre ferme. Pour Falcon 9, un atterrissage d’appoint RTLS implique fondamentalement que la charge utile lancée est légère, se dirigeant vers LEO, ou une combinaison des deux. Alors que NROL-76 était similaire à cet égard, le NRO a révélé NROL-76 et a confirmé que SpaceX lancerait la mission 10 mois avant la date de lancement.

Pour le NROL-108, le NRO n’a confirmé ses plans de lancement de SpaceX qu’après Les documents de la FCC ont révélé une sorte de mission mystère prévue en octobre 2020. Même pour le NRO, révélant un lancement moins d’un mois avant le décollage est complètement anormal.

Également anormal: à moins que SpaceX ne parvienne à faire glisser en quelque sorte un booster Falcon 9 de la taille d’un bâtiment entier de Los Angeles à Cap Canaveral, le NROL-108 marquera probablement le lancement inaugural de l’agence d’espionnage sur une fusée commerciale éprouvée en vol. SpaceX a techniquement au moins trois nouveaux boosters Falcon 9 à différents stades de préparation pour les lancements militaires de la NASA et des États-Unis en octobre à déterminer (GPS III SV04) et novembre (Crew-1, Sentinel 6A), mais les trois sont fermement exprimés.

Selon la confirmation officielle du NRO avec SpaceflightNow , une fusée SpaceX Falcon 9 devrait lancer NROL-108 au plus tôt le 25 octobre (NET). La société est confrontée à un manifeste T4 2020 expansif, comprenant GPS III SV04 (octobre à déterminer), le dernier satellite radio de Sirius XM (NET début novembre), le satellite océanographique Sentinel 6A (NET 10 novembre), le premier lancement opérationnel d’astronaute de Crew Dragon (NET mi-novembre), le premier lancement de Cargo Dragon 2 (NET le 22 novembre), un satellite de communication turc (NET 30 novembre) et plusieurs autres missions Starlink.

Consultez les bulletins d’information de Teslarati pour des mises à jour rapides, des perspectives sur le terrain et des aperçus uniques des processus de lancement et de récupération des fusées SpaceX .

La prochaine mission d'astronaute de SpaceX pour la NASA a été repoussée en novembre suite à un problème avec ses moteurs de fusée

  • La prochaine mission de la NASA avec SpaceX sera lancée “au plus tôt entre le début et la mi-novembre”, a annoncé l’agence samedi.
  • Cette mission, appelée Crew-1, transportera quatre astronautes vers la Station spatiale internationale et retour.
  • Le lancement était auparavant prévu pour Halloween. Le retard permet à SpaceX d’enquêter sur un problème avec ses moteurs de fusée Falcon 9.
  • Visitez la page d’accueil de Business Insider pour plus d’histoires .

L’équipe de quatre astronautes de la NASA devra attendre un peu plus longtemps pour visiter la Station spatiale internationale. L’agence a annoncé samedi que Crew-1, sa mission conjointe avec SpaceX, ne décollera qu’au moins du début à la mi-novembre.

La ​​mission était auparavant prévue pour 2 h 40 HE le 31 octobre. Le dernier retard permet à SpaceX d’évaluer un avec ses moteurs de fusée Falcon 9 lors d’un récent lancement d’essai. Les générateurs de gaz de la fusée ont démontré un comportement anormal, a déclaré la NASA dans un communiqué, sans préciser ce qui n’allait pas.

SpaceX a interrompu un lancement programmé de sa fusée Falcon 9 le 2 octobre après qu’un générateur de gaz a vu une augmentation inattendue de la pression.

falcon 9 merlin engines

Le premier étage du Falcon 9 est propulsé par neuf moteurs Merlin au bas de la fusée.

NASA


Ce n’est pas la première fois SpaceX a retardé Crew-1, la première mission officielle d’astronaute sous contrat de la société pour la NASA. La mission devait initialement être lancée dès septembre. Il a été repoussé jusqu’à Halloween pour mieux se coordonner avec les horaires des autres cosmonautes et astronautes à destination et en provenance de l’ISS.

La ​​NASA a déclaré qu’elle pourrait avoir plus d’informations sur le problème du moteur en quelques jours.

“Les équipes travaillent activement à cette découverte sur les moteurs”, a déclaré Kathy Lueder, administrateur associé de la Direction des missions d’exploration et d’exploitation humaine de la NASA, dans un communiqué. “Nous devrions être beaucoup plus intelligents dans la semaine à venir.”

nasa astronauts bob behnken doug hurley spacesuits spacex crew dragon spaceship earth illustrations demo2 demo 2

Les astronautes de la NASA Doug Hurley et Bob Behnken ont effectué une mission de 63 jours avec le véhicule Crew Dragon de SpaceX.


SpaceX; Interne du milieu des affaires



Rencontrez l’équipe Crew-1

Crew-1 comprend les astronautes de la NASA Shannon Walker, Mike Hopkins et Victor Glover, ainsi que l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale l’astronaute Soichi Noguchi. Hopkins devrait être le commandant de la mission, Glover le pilote et les spécialistes de la mission Walker et Noguchi.

Parmi les membres d’équipage, Glover est le seul à ne pas avoir été dans l’espace auparavant, mais il a accumulé plus de 3 000 heures d’expérience de vol. Noguchi est le membre le plus expérimenté de l’équipe: il a volé sur la capsule russe Soyouz et la navette spatiale américaine.

À l’heure du lancement, neuf moteurs Merlin soulèveront la fusée Falcon 9 – et le vaisseau spatial SpaceX Crew Dragon – de la rampe de lancement. Lorsque la fusée dépasse l’atmosphère terrestre, son premier étage se détachera du vaisseau spatial. Ses moteurs se rallumeront ensuite pour diriger le premier étage vers un site d’atterrissage prédéterminé. Le deuxième étage de la fusée propulsera finalement le navire en orbite vers l’ISS.

L’équipe Crew-1 prévoit de rester sur l’ISS pendant les six mois standard. Pendant ce temps, ils effectueront des promenades dans l’espace, feront des expériences scientifiques et travailleront sur l’entretien régulier de la station.

La ​​mission Crew-1 étant désormais prévue pour plus tard cet automne, le séjour des astronautes sur l’ISS chevauchera encore plus celui de la mission Crew-2, prévue pour le printemps 2021.

Une autre équipe arrivera à l’ISS avant cette date: l’astronaute de la NASA Kate Rubins et les cosmonautes russes Sergey Ryzhikov et Sergey Kud-Sverchkov devraient décoller sur une fusée russe Soyouz le mercredi 14 octobre.

[ 19459012]

soichi noguchi victor glover shannon walker nasa jaxa astronauts spacex spacesuits portrait crew 1 dragon spaceship mission KSC 20200924 PH SPX01_0009_orig

Les astronautes de SpaceX Crew-1 de la NASA participent aux tests d’interface de l’équipement d’équipage au siège de SpaceX le 24 septembre 2020.


SpaceX


SpaceX est engagé pour au moins six missions ISS prévues dans le cadre du programme d’équipage commercial de la NASA.

En s’associant à SpaceX, la NASA a réduit sa dépendance aux vaisseaux spatiaux russes Soyouz, qui ont récemment coûté jusqu’à 90 millions de dollars par siège . Avant la mission Demo-2, la NASA n’avait pas été en mesure de lancer ses propres astronautes sur des fusées ou des vaisseaux spatiaux américains depuis 2011, date à laquelle elle a mis fin au programme de navette spatiale. Un siège sur une capsule SpaceX devrait coûter 55 millions de dollars, sans compter le financement que la NASA a accordé à SpaceX pour développer son nouveau vaisseau spatial Crew Dragon.

Grâce à son programme d’équipage commercial, la NASA finance également le développement d’un nouveau vaisseau spatial de Boeing. La société a lancé une mission d’essai sans équipage de cette capsule, appelée Starliner, mais elle a rencontré des difficultés techniques et n’a pas été en mesure d’accoster avec la station spatiale comme prévu. Boeing prévoit de lancer une démo de suivi de Starliner en décembre.

La NASA dit que les données de Bennu font allusion à un échantillon d'astéroïdes sans précédent

Malgré la pandémie, la NASA se prépare à mener une mission d’échantillonnage d’astéroïdes plus tard ce mois-ci, un événement qui, en supposant qu’il réussit, restituera du gravier fin de l’astéroïde Bennu aux chercheurs sur Terre. L’agence spatiale a passé de nombreux mois à étudier l’astéroïde et à collecter des données, ainsi que plusieurs mois à rechercher les meilleurs endroits pour prélever l’échantillon. Dans une mise à jour sur le sujet, la NASA a déclaré qu’une poignée d’études récemment publiées sur l’astéroïde suggéraient des découvertes futures passionnantes.

Bennu est un grand astéroïde rocheux et quelque peu angulaire qui est actuellement mis en orbite par OSIRIS-REx, le vaisseau spatial de la NASA qui touchera l’astéroïde dans les prochains jours dans le but de collecter un échantillon physique. Cet échantillon sera emballé en toute sécurité puis envoyé pour un long voyage de retour sur Terre, ce qui donnera aux chercheurs la possibilité d’étudier les matériaux de manière très pratique.

Selon l’agence spatiale, un total de six études ont été récemment publiées qui détaillent différents éléments de l’astéroïde, dont une excitante taquinerie: l’échantillon d’astéroïde de Bennu peut être différent de tout autre échantillon que les chercheurs ont obtenu des météorites trouvées sur Terre. Il s’avère que la surface de l’astéroïde est recouverte de matière organique contenant du carbone, y compris potentiellement une forme associée à la biologie.

Le chercheur principal d’OSIRIS-REx, Dante Lauretta , a expliqué : «L’abondance de matériaux carbonés est un triomphe scientifique majeur pour la mission. Nous sommes maintenant optimistes quant à la collecte et au retour d’un échantillon de matière organique – un objectif central de la mission OSIRIS-REx. »

Le site d’échantillonnage principal pour cette mission, Nightingale, est susceptible d’avoir une partie de cette matière organique, selon l’agence spatiale, ce qui signifie que les chercheurs peuvent avoir la chance sans précédent d’étudier un échantillon d’astéroïdes riches en carbone et d’utiliser cela pour percer des secrets sur les origines de l’astéroïde parent perdu depuis longtemps de Bennu.