Author: sparclusive

Squids Can Edit Their RNA in an Unprecedented Way, Scientists Discover

When it comes to squids, you just can’t keep them down.

Not just because they’re slippery, but also because they have an incredible genetic editing ability – it lets them tweak their own RNA long after it’s left the nucleus.

 

Here’s what that means. Genes, in humans at least, mostly stay unchanging until they’re recombined and passed onto the next generation.

This is the same for our messenger RNA (mRNA). Helpful molecules read our DNA, create short little RNA messages, and send them outside the nucleus to tell the rest of the cell which proteins need to be built.

Once that mRNA has exited the nucleus, it’s thought the genetic information it carries can’t be messed with much – but new research has shown that in squid nerves, this isn’t the case.

“We are showing that squid can modify the RNAs out in the periphery of the cell,” says Marine Biological Laboratory (MBL), Woods Hole geneticist Joshua Rosenthal.

“It works by this massive tweaking of its nervous system,” Rosenthal told Wired. “Which is a really novel way of going through life.”

The team took nerves from specimens of adult male longfin inshore squid (Doryteuthis pealeii), and analysed the protein expression, as well as the squids’ transcriptome, which is similar to a genome, but for mRNA.

 

They found that in squid nerves (or neurons), the mRNA was being edited outside of the nucleus, in a part of the cell called the axon.

This mRNA editing allows the squids to finely tune the proteins they produce at local sites (see diagram below). With this finding, squids have become the only creatures we know of that can do this.

Squid RNA Editing Graphical Abstract ver. 3(Vallecillo-Viejo et al., Nucleic Acids Research, 2020)

This isn’t the first time squids have shown off their genetic editing prowess, though. Back in 2015, a similar team at MBL discovered that squids edit their mRNA inside their nucleus to an incredibly large degree – orders of magnitude more than what happens in humans.

“We thought all the RNA editing happened in the nucleus, and then the modified messenger RNAs are exported out to the cell,” Rosenthal explains.

But the team showed that although editing is happening in both, it occurs significantly more outside the nucleus in the axon, rather than inside the nucleus.

So, why do squids bother? Why do they need to change their mRNA so much? Well, we don’t yet know, but the research team has some ideas.

 

Octopus, cuttlefish and squids all use mRNA editing to diversify the proteins produced in the nervous system. This could be one of the reasons why these creatures are so much smarter than other invertebrates.

“The idea that genetic information can be differentially edited within a cell is novel and extends our ideas about how a single blueprint of genetic information can give rise to spatial complexity,” the team writes in their new paper.

“Such a process could fine-tune protein function to help meet the specific physiological demands of different cellular regions.”

Although right now this is just an interesting genetics study into squids, the researchers think that eventually, this type of system might be able to help treat neurological disorders that include axon dysfunction.

CRISPR has completely changed the game when it comes to editing the DNA inside our cells, and RNA is significantly less permanent and therefore editing it could be less dangerous.

“RNA editing is a hell of a lot safer than DNA editing,” Rosenthal told Wired.

“If you make a mistake, the RNA just turns over and goes away.”

The research has been published in Nucleic Acids Research.

 

This Newly Identified Raptor Hunted With The Terrifying Agility of a Cheetah

A long, long time ago, in what is now the southern United States, several giant dinosaurs, including a relative of the T. rex, were once on the hunt for prey.

In their shadow, almost 70 million years later, palaeontologists have now shed light upon a much smaller competitor running underfoot. Standing only one metre tall (three feet) and roughly two metres long, this feathered carnivore may have been short, but you wouldn’t want to underestimate it.

 

Initially discovered in New Mexico in 2008, the species has only recently been identified as a dromaeosaurid – a family of dinosaurs more popularly known as ‘raptors’ – and, judging from the 20 fragmented fossils uncovered, it probably hunted with great speed and the agility of a cheetah, at times tackling prey several times its size.

Screen Shot 2020 03 25 at 1.15.34 pm(Jasinski et al., Scientific Reports, 2020)

Now, the fearsome creature has officially been named Dineobellator notohesperus, which means ‘Navajo warrior from the Southwest’ – and oh, what a fighter it was!

While this small-bodied predator is generally the same size as its relative, the velociraptor (which, contrary to the Jurassic Park films, is about the size of a large dog), the new species appears stronger and more agile.

“Features of the hand and foot claws, namely places for muscle and tendon attachments, show that Dineobellator would have had a relatively stronger grasp and grip ability then other dromaeosaurids,” palaeontologist Steven Jasinski told ScienceAlert.

Skeletons of small dinosaurs in the Late Cretaceous are very rare, as these creatures were probably not that common, and their light bones were no match for the wear of time. A find like this is remarkable in more ways than one, and this particular species has several more unique features that set it apart.

 

On the other end of the body, its stiff tail also stands out. While raptors also have long rigid appendages like this, allowing them to maintain balance while running at high speeds, this particular species appears to have had more mobility at the hips.

“Think of a cheetah hunting and pursuing a gazelle in the savannah today,” says Jasinski.

“They are very fast and their tail tends to be stiff and straight. However, when the gazelle changes directions and the cheetah must quickly do the same, the tail is whipped around to act as a counter-balance and rudder to help with that change in direction.”

In short, not only was this species fast, but also remarkably agile, which means it could have easily pursued smaller animals that quickly change direction.

Still, that doesn’t mean this raptor wasn’t thinking big. Jasinski says the strength in its upper body and feet suggests a pack could have taken down prey several times their size.

010 Image two(Steven Jasinski)

While this realisation was indeed surprising, the injuries found on the skeleton are perhaps even more so.

On the ribs, researchers found healed wounds, and on the claws, they identified gouge and puncture marks, which suggest a fight between two raptors, perhaps in competition over resources or mates. Such behavioural insights are invaluable, and they’re just part of what makes this new find so astonishing.

 

In the bigger picture, this new species can also tell us something of dinosaur evolution and migration. Dineobellator, for example, belongs to a smaller group of dinosaurs called velociraptorines, which have several other members across the ocean.

“This suggests that members from Asia migrated to North America during the Late Cretaceous, near the end of the time of the dinosaurs, and diversified into new species afterward,” Jasinski told ScienceAlert.

Then, somehow, some way, these 20 bones survived, bequeathing us with the first significant dromaeosaurid skeleton in this part of the world. 

The study was published in Scientific Reports.

 

Coronaviruses Similar to The COVID-19 One Have Just Been Found in Pangolins

A search for the ‘missing link’ in the chain of the emergence of SARS-CoV-2 has uncovered two close cousins of the new coronavirus in shipments of pangolins being smuggled into China.

 

It’s important to note that the discovery by researchers from across Hong Kong and China falls well short of identifying these precious mammals as the source of the current pandemic. However, the similarity of the strains does suggest the nation’s pangolin market is a time bomb that needs to be defused.

Ever since the nexus for the outbreak of COVID-19 was traced back to a wet market in Hubei province, the search has been on to determine the virus’s heritage. Initial studies of SARS-CoV-2’s genome suggest it’s highly possible that the virus emerged in a colony of horseshoe bats in Yunnan, a province that borders the south-east Asian country of Myanmar.

But if that is the case, it’s hard to imagine how a bat became a source of infection in a densely populated city more than 1,000 kilometres to the north of its colony.

Granted, stalls in these Chinese wet markets sell a wide variety of live animals for food and traditional medicine, many of them sourced from Asia’s tropics. Whether bats of any kind might have been present isn’t clear, since the market was cleared long before the first indications of an outbreak were known.

 

Unlike horseshoe bats, though, the pangolin is almost guaranteed to have been on sale there.

The illicit sale of the endangered mammal – prized as a delicacy and a health tonic – is an ‘open secret‘ throughout much of the nation, and a good place to start hunting for an intermediate host of the zoonotic virus currently wreaking havoc across the globe.

Frozen tissues from 18 Malayan pangolins (Manis javanica) were obtained from anti-smuggling operations carried out by Guangxi Customs during 2017 and early 2018.

Coronavirus RNA was found in six of the 43 organ samples, linking the virus with five individual animals. Techniques for reading and filling in missing sequences soon provided the team with half a dozen detailed genomes of the pangolin’s strains of the virus.

None were dead ringers for SARS-CoV-2, but there were a number of overlapping sequences that suggest these viruses were fairly closely related.

A second hunt through another batch of pangolin tissues taken from an operation later in 2018 followed, based on the newly acquired genomes. This analysis revealed a further three positive results out of 12 animals.

 

In addition to these specimens from the Guangxi operation, the team analysed pangolin scales, skin swabs, and unspecified tissues from a separate customs centre in Guangzhou, picked up in early 2019.

Taken together, the mix of newly sequenced coronavirus genomes are all 85.5 to 92.4 percent similar to SARS-CoV-2, and represent two lines of related virus. One of those lines even has a ‘haircut’ that resembles that of the COVID-19 virus, with remarkably similar receptor-binding spikes jutting from their surfaces.

The results might not be the smoking gun we’re hoping for, as the search for the connection between the coronavirus’s reservoir and the first humans to be infected continues.

Still, it’s a wake-up call we desperately need. All those animals seized by customs were destined for live animal markets somewhere in China.

As impossible as it is to predict whether those particular lines of coronavirus could have made a leap into the human population, the current pandemic emerged from just such a branch of that family tree.

The sale of pangolins in China is already far from legal, but without the political will to provide the resources necessary to enforce the law, their sale will almost certainly continue to flourish, in spite of recent widespread bans of the sale and distribution of wild meats.

A global pandemic is a tragic incentive to act. But with mounting evidence that pangolins play a strong role in the ecology of such a potential threat, perhaps it’s the push China needs to finally get a handle on its illegal animal trade. 

This research was published in Nature.

 

This Twitch Livestream of Tardigrades Is So Incredibly Soothing

Keep on Swimming

Canadian artist Julie Laurin recently started a livestream of tardigrades — microscopic, eight-legged micro-animals also known as “water bears” — wriggling around on Twitch. And it’s exactly the kind of thing we need right now.

You can watch a full, narrated hour of tardigrade action on Laurin’s Twitch channel.

The stream, first spotted by Boing Boing, is part of a project called “A Tiny World” that explores microscopic life that surrounds us.

All Around

“By sharing this journey with you, my hope is that maybe you’ll be inspired to get your own microscope, or to look closer at the little objects and creatures all around you!” Laurin’s description of the project reads on an official website.

So where is Laurin finding all of these critters? In dirt found on her balcony. “There are hundreds and hundreds of #Tardigrades that live on my balcony and I think they thrive in this brownish-greenish film and dirt that has formed over the years due to improper draining,” Laurin wrote in a tweet.

Little Water Bears

First discovered by biologists in the late 1700s, tardigrades are tiny micro-animals that can be found in a huge variety of environments, from oceans to sand dunes.

They’re also immensely resilient creatures: they can survive the vacuum of space, adapt to severe dehydration, and can even block intense blasts of radiation. But they might have an Achilles heel after all, according to recent research: global warming.

READ MORE: It’s fun to watch tardigrades squirm around on Twitch, adorably [Boing Boing]

More on tardigrades: Scientists: Global Warming Could Kill Tardigrades

New Find Contradicts The Theory Earth Mysteriously Lost Oxygen 2 Billion Years Ago

Earth didn’t always have this much oxygen. Roughly 2.4 billion years ago, the rise of cyanobacteria and the shifting of tectonic plates breathed new life into our planet, tipping off a Great Oxidation Event (GOE).

 

The surge of oxygen-hungry life that followed didn’t last for long. Today, many scientists think the evolution of life ‘overshot’ the amount of oxygen actually available in the atmosphere. Evidence found last year suggests this triggered an abrupt and catastrophic mass extinction of microorganisms around two billion years ago that was even more dire than the dinosaur die-off.

Still, while the oxygen overshoot theory has become ever more popular in recent years, new research suggests it might actually be wrong.

In Russia, analysis of ancient sedimentary rock indicates that for millions of years after the GOE, conditions on Earth were more than suitable for the continued evolution of complex life.

“What we found contradicts the prevailing view – essentially we have clear evidence that atmospheric oxygen levels rose even further after the carbon isotope anomaly ended,” says palaeogeographer Kaarel Mänd from the University of Alberta.

“This will force the Earth science community to rethink what drove the carbon and oxygen cycles on the early Earth.” 

The evidence comes from fresh drill cores in the Lake Onega area in the northwest corner of European Russia. Here, researchers have uncovered ancient shungite, a black lustrous mineral, from 2 billion years ago.

 

Composed almost solely of carbon, this shiny shale is one of the best archives we have to figure out environmental conditions from long, long ago.

At the moment, it’s generally understood that a rise in oxygen more than 2 billion years ago led to a shift in carbon isotopes within sedimentary rocks, known as the Lomagundi–Jatuli Event (LJE). This suggests that massive amounts of organic matter were being buried in ocean sediments, leading to the release of excess oxygen; but following this, levels of oxygen dropped.

But within these shungite rock cores, deposited just after the end of the LJE, researchers found strikingly high traces of molybdenum, uranium, and rhenium, and these are metals commonly associated with abundant oxygen. 

In fact, the concentrations, they discovered, were unrivalled by any other known point in early Earth’s history, roughly comparable to the most “organic-rich modern marine sediments”, or the most uranium-enriched “Precambrian shale measurement that has been reported to date.”

If the shungite was deposited, then there simply must have been enough oxygen around.

The authors argue this conclusion undoubtedly forces a “re-evaluation of our basic view of this turbulent interval of Earth’s history.”

 

Other recent discoveries have also found large eukaryotic fossils as old as 2.1 billion years old, during this supposed plummet in available oxygen, although the results remain highly contentious.

Of course, even if the findings of the new research are true, this doesn’t mean oxygen levels never went down. Instead, it implies our planet’s oceans remained well-oxygenated for much longer than we thought after the GOE. Who’s to say if oxygen levels plummeted after that.

The authors of the research argue that the strongly positive [uranium] isotopes found in the shungite samples are “most readily explained” by “globally well-oxygenated oceans and markedly elevated rates of local primary productivity.” 

This means that the end of the increased deposits of organic carbon during the LJE may not be the result of diminishing oxygen, but rather of something else. What that exactly is remains unclear, but that possibility means we might need to explore different explanations other than the ones we’ve got.

The study was published in Nature Geoscience.

 

L'Australie teste un vaccin contre la tuberculose contre le COVID-19, et les agents de santé l'obtiennent en premier

 

Des chercheurs australiens accélèrent les tests humains à grande échelle pour voir si un vaccin utilisé pendant des décennies pour prévenir la tuberculose peut protéger les agents de santé du COVID-19, ont-ils annoncé vendredi.

 

L’essai du vaccin BCG sera mené auprès de 4 000 agents de santé dans les hôpitaux d’Australie afin de déterminer s’il peut réduire les symptômes du COVID-19, ont déclaré les chercheurs du Murdoch Children’s Research Institute à Melbourne.

“Bien qu’il ait été développé à l’origine contre la tuberculose et qu’il soit encore administré à plus de 130 millions de bébés par an à cette fin, le BCG renforce également l’immunité” de première ligne “des humains, les entraînant à réagir aux germes avec une intensité plus élevée”, ont-ils déclaré dans une déclaration .

“Nous espérons voir une réduction de la prévalence et de la gravité des symptômes du COVID-19 chez les travailleurs de la santé qui reçoivent le vaccin BCG”, a déclaré le chercheur principal Nigel Curtis.

Il a déclaré que les 4 000 sujets seraient inscrits à l’essai dans quelques semaines dans le cadre d’un processus accéléré avec l’approbation des autorités sanitaires fédérales et étatiques. “L’horloge tourne définitivement”, a-t-il déclaré.

Des essais similaires sont menés dans plusieurs autres pays, dont les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

“Cet essai permettra de tester correctement l’efficacité du vaccin contre les symptômes du COVID-19 et pourra sauver la vie de nos héroïques travailleurs de première ligne”, a déclaré Kathryn North, directrice de l’Institut Murdoch.

Elle a dit que l’espoir était que l’amélioration de l’immunité “innée” des gens contre les symptômes du COVID-19 gagnerait du temps pour développer un vaccin spécifique contre la maladie.

“Ces essais permettront la progression rapide des candidats les plus prometteurs vers la pratique clinique, nous donnant le plus grand nombre de tirs cadrés contre COVID-19 possible”, a-t-elle déclaré.

© Agence France-Presse

Un cosmonaute partage 5 conseils sur la façon de rester sain d'esprit en quarantaine

 

Avec plus du tiers de la population mondiale confinée à leur domicile pour ralentir la pandémie de coronavirus, beaucoup se demandent combien de temps ils seront enfermés.

Mais être mis en quarantaine peut être “une bonne chose” et quelque chose “à apprécier”, explique le cosmonaute russe vétéran Fyodor Yurchikhin.

 

L’homme de 61 ans, qui a effectué cinq vols vers l’espace en passant 671 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), dit que l’essentiel est de rester positif.

Voici ses cinq conseils pour survivre à la quarantaine:

Prenez de l’air

Sur l’ISS, les cosmonautes travaillent “dans un environnement étranger, entouré de métal et de plastique”, Yurchikhin a déclaré à l’AFP.

“Il n’y a pas d’arbres ni de plantes – à l’exception de ceux utilisés pour les expériences, mais nous les traitons comme si c’était notre maison.

” Mais vous les gars, vous êtes vraiment maison!

“N’oubliez pas que dans l’espace, il est vraiment impossible de sortir” ou prenez un peu d’air. À la maison, vous pouvez toujours ouvrir les fenêtres ou sortir sur le balcon, explique le cosmonaute.

Appeler des amis

“Rappelez-vous que vous avez des parents et des amis que vous n’avez pas appelés depuis des siècles parce que vous étiez trop occupés.”

Pourquoi ne pas prendre l’habitude d’appeler eux tous les jours, lorsque vous êtes en détention, a déclaré Yurchikhin.

“C’est le moment idéal pour rattraper vos amis.”

Temps en famille

Yurchikhin exhorte les personnes en quarantaine à utiliser ce temps pour “établir un style de communication complètement différent au sein de la famille” et pour accorder plus d’attention aux enfants.

C’est le bon moment pour cocher les éléments de la liste des choses à faire: enfin accrocher une peinture au mur, trier des archives ou lire un livre.

“Prenez soin de cela aujourd’hui, car une fois la quarantaine terminée, vous n’y reviendrez plus! ” insista-t-il.

Faites de l’exercice

Et “N’oubliez pas votre santé!” il dit.

Vous pouvez laisser passer toute la journée dans un espace clos un impact sur votre forme physique, explique Yurchikhin. “C’est pourquoi tu devrais faire du sport.”

Vous n’avez pas besoin d’un abonnement au gymnase pour vous entraîner “au moins deux fois par jour pendant 30 minutes”. Avec de nombreux cours de yoga ou d’aérobic disponibles en ligne, “vous pouvez le faire à la maison”, dit-il.

Riez-le

“Si vous ne voyez que le mauvais côté de la quarantaine, vous vous sentirez comme une prison”, a déclaré Yurchikhin.

“Alors abordez cette situation avec humour.

” L’humour devrait prolonger la vie et raccourcir la quarantaine. “

© Agence France-Presse

Être réceptif à Bullsh * t plus généralement peut prédire son amour pour les huiles essentielles

 

Les huiles essentielles (OE) extraites de plantes ont souvent des prétentions exagérées de valeur médicinale qui ont déjà causé des problèmes aux distributeurs .

Maintenant, une nouvelle étude montre qu’une tendance à confondre le vide de sens avec le profond est un bon indicateur qu’une personne peut également mettre une foi trop zélée dans les huiles essentielles.

 

Bien que la taille de l’échantillon de 1202 participants recrutés via un campus étudiant et via Amazon Mechanical Turk en ligne ne soit pas énorme, il suffit de suggérer que ces mêmes associations pourraient être trouvées plus généralement dans la population.

Une tendance générale à être réceptif aux conneries – donc plus susceptibles d’être trompées par une rhétorique inventée ou vide – signifie que les gens sont plus susceptibles de se lancer dans les allégations des huiles essentielles, rapportent les chercheurs . Cela a des implications sur la façon dont les médecins pourraient guider les patients vers des traitements plus fiables à l’avenir.

“Nous avons constaté que la réceptivité aux déclarations fabriquées pseudo-profondes et la religiosité étaient les prédicteurs les plus cohérents d’une plus grande utilisation, de l’efficacité perçue et d’une volonté de dépenser plus d’argent pour les OT”, écrivent les chercheurs dans leur [ 19459006] étude .

Utilisées dans les parfums, les massages et l’aromathérapie, les huiles essentielles génèrent des milliards de dollars de ventes aux États-Unis chaque année, et sont parfois appliquées comme traitements pour des maux ou comme moyens d’améliorer l’humeur (bien que les preuves scientifiques pour tout type d’avantages pour la santé est au mieux mince).

Ici, les chercheurs ont suivi les attitudes envers les huiles essentielles contre trois choses: les cinq grands traits de personnalité ; quelque chose que les psychologues ont appelé « réceptivité aux conneries »; et le besoin de cognition (NFC) – la mesure dans laquelle les gens sont enclins à engager leur cerveau.

Dans l’ensemble, 66% des répondants ont utilisé des huiles essentielles, les femmes étant plus susceptibles que les hommes d’être fans de ces mélanges. Bien qu’il n’y ait pas de corrélation claire entre les traits de personnalité ou l’utilisation de NFC et d’OE, ceux qui ont une réceptivité élevée aux conneries étaient 70% plus susceptibles d’utiliser des huiles essentielles et de les trouver efficaces.

“De toutes les personnalités et variables personnelles que nous avons examinées, être très réceptif aux conneries était le prédicteur le plus constant”, a déclaré à Eric W. Dolan le psychologue et chercheur principal William Chopik, de la Michigan State University, à [ 19459011] PsyPost .

“La réceptivité des conneries reflète la volonté des gens d’approuver des déclarations dénuées de sens comme significatives.”

L’un des exemples de déclarations de l’expérience était “lorsque vous vous actualisez, vous entrerez dans une empathie infinie qui transcende la compréhension” – si vous avez une réceptivité élevée aux conneries, vous êtes plus susceptible de voir cette déclaration aussi profond que non-sens.

Les gens moins capables de repérer et de reconnaître les conneries étaient plus susceptibles de penser que les OT amélioreraient les amitiés, stimuleraient la spiritualité et guériraient les problèmes de santé, même si les huiles n’étaient pas spécifiquement commercialisées pour couvrir ces domaines.

Ce qui n’est pas encore clair, c’est pourquoi c’est le cas – les croyants en huile essentielle pourraient peut-être prendre les allégations faites à propos de ces concoctions à leur valeur nominale, ou peut-être en quelque sorte se tromper en pensant que les avantages sont réellement réels.

Mais c’est quelque chose qui mérite d’être approfondi, étant donné l’énorme popularité des huiles essentielles et l’augmentation du nombre de personnes qui les utilisent – parfois dans la mesure où elles s’empoisonnent .

“L’industrie des huiles essentielles est énorme”, a déclaré Chopik PsyPost . “Il est très populaire parmi les gens et fait un certain nombre d’allégations au sujet des avantages pour la santé mentale et physique qu’ils apportent.”

“Nous étions plus intéressés par qui est le consommateur typique d’huiles essentielles? Qui pense qu’elles sont les plus bénéfiques? Et qui y dépense le plus d’argent? À notre grande surprise, aucune étude n’avait vraiment examiné ces facteurs . ”

La recherche a été publiée dans PLOS One .

La vie commence avec des vagues envoûtantes tourbillonnant sur des corps microscopiques, révèle une étude

 

Alors que la vie commence, le tourbillon fou commence. Ce n’est pas de la poésie ou de la philosophie. C’est de la science.

Une fois qu’un œuf est fécondé, des milliards de protéines ondulent sur sa surface, déclenchant une cascade vertigineuse de motifs tourbillonnants. Ces arcs en spirale ne sont pas pour le spectacle, cependant; le phénomène peut être joli, mais c’est aussi une partie fondamentale de la division cellulaire naissante.

 

“L’œuf est une énorme cellule, et ces protéines doivent travailler ensemble pour trouver son centre, afin que la cellule sache où se diviser et se replier, plusieurs fois, pour former un organisme,” dit le physicien Nikta Fakhri du MIT.

“Sans ces protéines faisant des vagues, il n’y aurait pas de division cellulaire.”

Dans une nouvelle étude, Fakhri et ses collègues chercheurs ont examiné de près à quoi ressemblent ces ondes tourbillonnantes, examinant leurs modes de propagation sur les membranes cellulaires des œufs d’étoiles de mer ( Patiria miniata ).

Au-delà de la compréhension de la biologie des ovocytes d’étoiles de mer, les chercheurs ont voulu voir comment ces modèles pourraient se comparer à des phénomènes de vagues similaires dans d’autres types de systèmes – des exemples de ce que les physiciens appellent défauts topologiques .

Comme l’expliquent les chercheurs dans un nouvel article , ces types de comportements de type turbulence peuvent être observés à la fois dans la matière physique et biologique, à des échelles qui varient entre le cosmologique et l’infinitésimal: de tourbillons tourbillonnants dans les atmosphères planétaires à la signalisation bioélectrique dans le cœur et le cerveau.

Pourtant, alors que les similitudes peuvent être abondantes, la nature de leur similitude reste mystérieuse, théoriquement parlant.

“Malgré des progrès aussi substantiels dans la compréhension des défauts topologiques et de leurs implications fonctionnelles, il n’est pas encore clair si les lois statistiques qui régissent ces structures topologiques dans les systèmes classiques et quantiques s’étendent à la matière vivante. , “ expliquent les auteurs .

Dans leurs expériences sur les étoiles de mer, l’équipe a introduit une hormone pour imiter le début de la fécondation dans les ovocytes, dans laquelle des ondes déclenchées d’une protéine de signalisation appelée Rho-GTP ondulent à travers la membrane pendant plusieurs années. minutes à la fois, les résultats étant imagés au microscope grâce à l’aide de colorants fluorescents qui se fixent à Rho-GTP.

En variant la concentration du déclencheur hormonal, les chercheurs ont pu observer une variété de spirales tourbillonnantes émanant à travers le milieu de surface de l’œuf.

“De cette façon, nous avons créé un kaléidoscope de différents modèles et examiné leur dynamique résultante”, Fakhri dit .

“On ne savait pas grand-chose sur la dynamique de ces ondes de surface dans les œufs, et après avoir commencé à analyser et modéliser ces ondes, nous avons constaté que ces mêmes schémas apparaissent dans tous ces autres systèmes. C’est une manifestation de cette très motif de vagues universel. ”

Après avoir filmé et analysé la vitesse de phase dans les modèles d’ondes, les chercheurs disent que les tout débuts de la vie, tels qu’ils sont observés dans ces œufs d’étoiles de mer, ressemblent à la dynamique observée dans la turbulence bactérienne , nématique active et les systèmes quantiques de condensats de Bose – Einstein .

Si c’est un peu lourd pour vous, en termes plus poétiques et philosophiques, c’est aussi – comme le chantent The Killers – un ouragan qui a commencé à tourner quand vous étiez jeune.

Les résultats sont rapportés dans Nature Physics .

Quel est le problème avec les antipaludéens et les coronavirus? Lisez ceci avant d'essayer quoi que ce soit

 

Un homme de l’Arizona est décédé , et sa femme a été hospitalisée, après avoir pris une forme de chloroquine, que le président Trump a présentée comme un traitement efficace pour COVID-19 . Le couple a décidé de se soigner lui-même avec du phosphate de chloroquine, qu’ils avaient sous la main pour tuer les parasites dans leurs poissons, après avoir entendu le président décrire le médicament comme un “changeur de jeu”.

 . .

Je suis chimiste médicinal , spécialisé dans la découverte et le développement de médicaments antiviraux, et je travaille activement sur les coronavirus depuis sept ans.

Cependant, parce que je suis un scientifique et que je m’occupe de la médecine factuelle et factuelle, je suis préoccupé par les déclarations générales du président concernant l’utilisation de la chloroquine ou de l’hydroxychlorlorine étroitement apparentée, les deux antipaludiques , comme remède pour COVID-19. Examinons donc les faits.

Que sont la chloroquine et l’hydroxychloroquine?

Ce sont deux antipaludéens approuvés par la FDA qui sont utilisés depuis de nombreuses années. La chloroquine a été initialement développée en 1934 dans la société pharmaceutique Bayer et utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale pour prévenir le paludisme.

Bien que la FDA n’ait pas approuvé son utilisation pour ces conditions, la chloroquine et l’hydroxychloroquine sont également utilisées pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et le lupus.

Qu’est-ce qui a déclenché la discussion que ce médicament pourrait agir?

Après l’épidémie initiale de MERS en 2012, les scientifiques ont effectué des tests aléatoires de milliers de médicaments approuvés pour identifier celui qui pourrait bloquer l’infection à MERS. Plusieurs médicaments, dont la chloroquine , ont montré la capacité de bloquer les coronavirus d’infecter des cellules in vitro.

Mais ces drogues n’ont pas été intensivement recherchées car finalement elles n’ont pas montré suffisamment d’activité pour être examinées plus avant.

Lorsque le nouveau coronavirus est apparu, de nombreux médicaments qui avaient montré une promesse initiale contre les coronavirus apparentés MERS et SRAS étaient en tête de liste car dignes d’une évaluation plus approfondie que les traitements possibles.

La science est donc réelle, et un certain nombre de laboratoires dans le monde étudient actuellement ces médicaments et les testent lors d’essais cliniques aux États-Unis, France [19459016 ] et la Chine . Mais jusqu’à présent, il n’y a pas de consensus quant à savoir si les médicaments sont sûrs et efficaces pour traiter COVID-19, car il est encore très tôt dans le processus de test.

Pourquoi les antipaludiques agissent-ils sur un virus?

On ne sait toujours pas comment les chloroquines (ou tout médicament antipaludéen) agiraient contre COVID-19, qui est un virus. Le paludisme est causé par Plasmodium parasites qui se propagent par les moustiques, tandis que COVID-19 est causé par le virus SARS-CoV-2 .

Les infections virales et les infections parasitaires sont très différentes, et les scientifiques ne s’attendraient donc pas à ce que cela fonctionne pour l’un et pour l’autre. Il a été suggéré que les chloroquines peuvent modifier l’acidité à la surface de la cellule , empêchant ainsi le virus de l’infecter.

Il est également possible que les chloroquines aident à activer la réponse immunitaire . Une étude qui vient d’être publiée a testé l’hydroxychloroquine en association avec un médicament antibactérien (azithromycine), qui a mieux fonctionné pour arrêter la propagation de l’infection que l’hydroxychloroquine seule. Cependant, ce n’est qu’une étude préliminaire qui a été réalisée sur un groupe de test limité.

D’autres drogues sont-elles prometteuses?

À ma connaissance, aucun autre antipaludéen n’a montré d’activité significative contre le traitement des coronavirus. Cependant, un autre médicament potentiel est passé au premier plan.

Remdesivir, développé par Gilead Pharmaceuticals, semble être très efficace pour empêcher les virus – y compris les coronavirus tels que le SRAS et le MERS , et les filovirus tels que Ebola – de se répliquer .

Fin février, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses a lancé un essai clinique pour le remdesivir. Et ce mois-ci Gilead a lancé deux essais de phase III du médicament dans des centres médicaux en Asie.

Dois-je commencer à les prendre pour éloigner les coronavirus?

Absolument pas. La chloroquine et l’hydroxychloroquine n’ont pas été évaluées de manière appropriée dans les études contrôlées, sans compter qu’elles ont de nombreux et, dans certains cas, des effets secondaires très mortels .

Personne ne devrait prendre un médicament dont il n’a pas été prouvé qu’il est sûr et efficace pour une maladie ou un état pour lequel il n’est pas approuvé. Il y a tellement de problèmes qui peuvent survenir, des effets secondaires à une toxicité grave et à la mort en raison d’interactions possibles avec d’autres médicaments et d’autres problèmes de santé sous-jacents.

Donc jusqu’à ce que ces médicaments ou tout autre médicament se soit révélé efficace contre le SRAS-CoV-2 dans les essais cliniques et ait été approuvé par la FDA, personne ne devrait s’automédicamenter.

The Conversation Katherine Seley-Radtke , professeur de chimie et de biochimie et présidente désignée de la Société internationale pour la recherche antivirale, Université du Maryland, comté de Baltimore [ 19459003]

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original .