Category Archive : Cosmos

New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles

New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
University of Delaware researchers are part of collaboration studying cosmic rays. In addition to Cherenkov detector tanks filled with water, the Pierre Auger Observatory in Argentina has a second kind of cosmic-ray catcher — fluorescence detectors. The charged particles in a cosmic-ray air shower interact with atmospheric nitrogen, causing it to emit ultraviolet light through a process called fluorescence, which is invisible to the human eye — but not to this optical detector. Credit: University of Delaware

Particles smaller than an atom hurtle through the universe nearly at the speed of light, blasted into space from something, somewhere, in the cosmos.

A scientific collaboration of the Pierre Auger Observatory, including researchers from the University of Delaware, has measured the most powerful of these particles—ultra-—with unprecedented precision. In doing so, they have found a “kink” in the that is shining more light on the possible origins of these subatomic space travelers.

The team’s findings are based on the analysis of 215,030 cosmic ray events with energies above 2.5 quintillion electron volts (eV), recorded over the past decade by the Pierre Auger Observatory in Argentina. It is the largest observatory in the world for studying .

The new spectral feature, a kink in the cosmic-ray spectrum at about 13 quintillion electron volts, represents more than points plotted on a graph. It brings humanity a step closer to solving the mysteries of the most energetic particles in nature, according to Frank Schroeder, assistant professor at the Bartol Research Institute in UD’s Department of Physics and Astronomy, who was involved in the study with the support of the University of Delaware Research Foundation. The research is published in Physical Review Letters and Physics Review D.

New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
In this pre-pandemic photo, UD Professor Frank Schroeder works with colleagues to install a radio antenna on one of the cosmic ray detector stations of the Pierre Auger Observatory, located near Malargüe, Argentina. Credit: University of Delaware

“Since cosmic rays were discovered 100 years ago, the longstanding question has been, what accelerates these particles?” Schroeder said. “The Pierre Auger Collaboration’s measurements provide important hints about what we can exclude as the source. From previous work, we know the accelerator is not in our galaxy. Through this latest analysis, we can further corroborate our earlier indications that ultra-high-energy cosmic rays are not just protons of hydrogen, but also a mix of nuclei from , and this composition changes with energy.”

Between the “ankle” and the “toe”

Schroeder and UD postdoctoral researcher Alan Coleman, who contributed to the data analysis, have been members of the Pierre Auger Collaboration for several years. UD officially joined the collaboration as an institutional member in 2018. This team of more than 400 scientists from 17 countries operates the observatory, which occupies a 1,200-square-mile area, about the size of Rhode Island.

New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
An array of cosmic ray detector stations of the Pierre Auger Observatory near Malargüe, Argentina. The University of Delaware is a member of the international collaboration that operates the observatory, which includes more than 400 scientists from 17 countries. Credit: University of Delaware

The observatory has more than 1,600 detectors called water-Cherenkov stations spread across the high plains of the Pampa Amarilla (Yellow Prairie), overlooked by 27 fluorescence telescopes. Collectively, these instruments measure the energy that an ultrahigh-energy cosmic ray particle releases in the atmosphere and provide an indirect evaluation of its mass. All of these data—energy, mass and the direction from which these extraordinary particles arrived—yield important clues about their origins.

Previously, scientists thought these ultra-high-energy cosmic ray particles were mostly protons of hydrogen, but this latest analysis confirms that the particles have a mix of nuclei—some heavier than oxygen or helium, such as silicon and iron, for example.

Plotted on the curving graph representing the cosmic-ray energy spectrum, you can see the kink—a steep, flattened section—between the area referred to by scientists as “the ankle,” and the beginning point of the graph, called “the toe.”

New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
In this pre-pandemic photo, UD postdoctoral researcher Alan Coleman stands by one of the Pierre Auger Observatory’s 1,600 cosmic ray detector stations, which are spread out across 1,200 square miles of the Pampa Amarilla. The corrugated metal on top, called a scintillator panel, and the spherical radio antenna are both sensors for cosmic rays, while the rectangular antenna is for communication with the observatory’s central building. Credit: University of Delaware

“We don’t have a specific name for it,” said Coleman, who was on the 20-person team that wrote the computer code and did the number crunching required for the extensive . “I guess we are running out of parts of the anatomy to call it,” he said, joking.

Directly involved in the finding, Coleman improved reconstruction of the particle cascade, which cosmic-rays create when impinging the atmosphere, in order to estimate the energy. He also performed detailed studies to ensure that this new inflection point was real and not an artifact of the detector. The data group’s work took more than two years.

“Obviously, it’s pretty slight,” Coleman said of the spectral kink. “But every time you see a bump like this, that signals the physics is changing and that’s very exciting.”

It’s very hard to determine the mass of incoming cosmic rays, Coleman said. But the collaboration’s measurement is so robust and precise that a number of other theoretical models for where ultra-high-energy cosmic rays are coming from can now be eliminated, while other pathways can be pursued with more vigor.

  • New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
    Scientists speculate that active galactic nuclei may be a source of ultra-high-energy cosmic rays. Active galactic nuclei are supermassive black holes in the center of galaxies, which feature gigantic jets of matter that escape falling into the black hole. Centaurus A, shown here, is an example of this galaxy class in our galactic neighborhood less than 20 million light-years from Earth. Credit: University of Delaware
  • New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles
    The flux of cosmic rays is dependent on their energy. The higher the energy, the rarer the cosmic rays. However, the larger figure shows this relationship is not smooth. Several features indicate something is happening at different energies, referred to informally by scientists as the “knee,” the “ankle” and the “toe,” along with the “new kink,” measured by the Pierre Auger Observatory Collaboration. The inset shows this new measurement in detail. Each feature can be interpreted as a change in the composition of cosmic rays at the respective energies. Credit: University of Delaware

Active galactic nuclei (AGN) and starburst galaxies are now in the running as potential sources. While their typical distance is some 100 million light years away, a few candidates are within 20 million light years.

“If we learned what the sources were, we could look into new details about what is going on,” Coleman said. What’s happening that allows these incredibly high energies? These particles may be coming from something we don’t even know.”

Ongoing research by the UD team focuses on further increasing the measurement accuracy of ultra-high-energy cosmic rays and extending the precise measurement of the cosmic ray spectrum down to lower energies. That would create a better overlap with other experiments, Schroeder said, such as the cosmic ray measurements of IceCube at the South Pole—another unique astroparticle observatory with major involvement of the University of Delaware.


New data shows cosmic rays are more complex than expected


More information:
A. Aab et al. Features of the Energy Spectrum of Cosmic Rays above 2.5×1018 eV Using the Pierre Auger Observatory, Physical Review Letters (2020). DOI: 10.1103/PhysRevLett.125.121106

A. Aab et al. Measurement of the cosmic-ray energy spectrum above 2.5×1018 eV using the Pierre Auger Observatory, Physical Review D (2020). DOI: 10.1103/PhysRevD.102.062005

Citation:
New feature found in energy spectrum of universe’s most powerful particles (2020, October 16)
retrieved 16 October 2020
from https://phys.org/news/2020-10-feature-energy-spectrum-universe-powerful.html

This document is subject to copyright. Apart from any fair dealing for the purpose of private study or research, no
part may be reproduced without the written permission. The content is provided for information purposes only.

Un match de hockey récréatif dans la région de Tampa Bay a propagé COVID-19

TALLAHASSEE, Floride – Un match de hockey récréatif cet été dans la région de Tampa Bay a entraîné 15 cas de COVID-19 chez des hommes âgés de 19 à 53 ans et fournit des preuves aux scientifiques que le virus peut se propager lors d’activités sportives en salle.

Quatorze des 22 hommes de deux équipes de hockey sont tombés malades dans les cinq jours suivant le match du 16 juin, selon la publication du Center for Disease Control and Prevention «Morbidity and Mortality». Un travailleur de la patinoire a également été infecté.

«La proportion élevée d’infections survenues dans cette épidémie fournit des preuves de la transmission du SRAS-CoV-2 lors d’une activité sportive en salle où une activité physique intense se produit», le rapport dit.

Jay Wolfson, professeur de médecine de santé publique et de pharmacie à l’Université de Floride du Sud, a déclaré que la découverte envoyait un rappel.

«Les gens que nous connaissons jouent à toutes sortes de jeux différents, baseball, basketball, hockey, jeux de ramassage. Il n’en faut pas beaucoup », dit-il. “Nous ne pouvons pas oublier qu’il suffit d’un cas pour créer un super-diffuseur dans la population.”

Les Centers for Disease Control and Prevention n’ont pas donné d’emplacement précis pour la patinoire, disant seulement qu’elle se trouvait dans la région métropolitaine de Tampa Bay.

Les hommes participant au match de hockey récréatif ne portaient pas de masques en tissu sur la patinoire ou dans les vestiaires pour tenter de limiter la transmission du virus, selon le rapport.

Le ministère de la Santé de Floride a été informé le 17 juin d’un joueur de «l’équipe A» qui souffrait de fièvre, de toux, de maux de gorge et de maux de tête. Deux jours plus tard, le joueur a été testé positif pour le virus.

Une enquête menée par le département de la santé de l’État a révélé que huit joueurs supplémentaires de l’équipe A ont éprouvé des signes et des symptômes du COVID-19 entre le 18 et le 21 juin, tout comme cinq joueurs de «l’équipe B.» Tout comme un membre du personnel qui travaillait à la patinoire.

Les symptômes comprenaient des courbatures et des douleurs musculaires, une toux, des maux de gorge, des maux de tête et une perte du goût ou de l’odorat.

Le CDC a noté des limites sur les données parce que tous les joueurs n’ont pas été testés et que les infections asymptomatiques peuvent ne pas avoir été identifiées.

Néanmoins, le rapport a noté que l’espace intérieur et le contact étroit entre les joueurs pendant une partie de hockey augmentent le risque potentiel d’infection et créent un événement de super-propagation potentiel.

«Ce match impliquait un nombre relativement limité de joueurs et un seul spectateur, qui restait sans symptôme et n’a pas été testé (le nombre limité de spectateurs n’était pas lié à la politique de la patinoire); cependant, les matchs de hockey peuvent inclure jusqu’à 20 joueurs dans chacune des deux équipes et de nombreux spectateurs dans l’arène », indique le rapport.

En dehors d’un rapport sur 57 danseurs infectés liés à un cours de danse de haute intensité en Corée du Sud et un groupe de cinq personnes infectées dans un centre de squash en Slovénie, peu de rapports ont été publiés sur la transmission associée à des jeux spécifiques ou pratiques, c’est pourquoi les résultats sur le match de hockey sont importants.

«Il s’agit d’une analyse classique des pratiques de santé publique. C’est ce que nous faisons lorsque nous faisons de la surveillance », a déclaré Wolfson. «Nous effectuons un dépistage des cas et cela nous aide à comprendre la dynamique du fonctionnement de la maladie.»

Le rapport du CDC ne détaille pas les mesures prises par l’État pour mettre en quarantaine les joueurs infectés et assurer la sécurité de leurs familles et de leurs communautés, a souligné Wolfson.

Le cosmonaute prend de superbes photos du lancement de la fusée Soyouz depuis l'espace

Le cosmonaute russe Ivan Vagner a photographié une fusée Soyouz lançant trois collègues dans l’espace le 14 octobre 2020. (Crédit image: Roscosmos)

Un cosmonaute en orbite a capturé des photos époustouflantes de trois astronautes se lançant lors d’une escapade record vers le International Station spatiale .

Le cosmonaute russe Ivan Vagner est en orbite depuis avril, l’un des trois astronautes vivant et travaillant sur le laboratoire en orbite depuis six mois. Mais maintenant, lui et ses collègues ont de la compagnie: deux autres cosmonautes et un astronaute de la NASA, qui a lancé sur une fusée russe Soyouz depuis le Kazakhstan mercredi 14 octobre à 1h45. HAE (05h45 GMT; 10h45 heure locale). Le Soyouz est arrivé à la station un peu plus de trois heures plus tard , un nouveau record pour le voyage en équipage le plus rapide vers le laboratoire en orbite.

“Félicitations pour le lancement réussi!” Vagner a écrit sur Twitter peu de temps après le lancement. “Le vol vu de l’espace semble encore plus frais que de la Terre!”

Connexes: Station spatiale internationale à 20: une visite photographique

Astronautes sur le la station spatiale est souvent capable de photographier les lancements de ses collègues parce que ces décollages sont minutieusement chronométrés avec l’orbite de la station spatiale pour s’assurer que le nouveau véhicule peut rattraper la station géante.

Dans le cas du lancement d’aujourd’hui, ce timing était une nouvelle variation sur le thème: pour la première fois, un équipage est arrivé à la Station spatiale internationale après seulement deux orbites de la Terre, comparé aux quatre habituels ou plus. . Le chemin rapide signifiait que le nouvel équipage a établi un record, accostant à la station spatiale seulement 3 heures et 3 minutes après le lancement, selon un autre tweet de Vagner .

Le cosmonaute russe Ivan Vagner a photographié une fusée Soyouz lançant trois collègues dans l’espace le 14 octobre. , 2020. (Crédit d’image: Roscosmos)

Avec ce vol, l’astronaute de la NASA Kate Rubins et les cosmonautes russes Sergey Ryzhikov et Sergey Kud-Sverchkov ont commencé leur six mois rester en orbite, rejoindre l’astronaute de la NASA Chris Cassidy et les cosmonautes russes Vagner et Anatoly Ivanishin. Ces trois derniers termineront leur passage en orbite plus tard ce mois-ci, revenant sur Terre le 21 octobre.

Envoyez un courriel à Meghan Bartels à mbartels@space.com ou suivez-la sur Twitter @meghanbartels. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom et sur Facebook.

New Fossil Species Discovered in AZ That Looked Like Cross Between Anteater and Chameleon

Researchers have discovered a new burrowing reptile species via fossils found in Arizona’s Petrified Forest National Park that likely looked like a cross between an anteater and chameleon. The species, which researchers named Skybalonyx skapter, is part of a reptile group known as drepanosaurs and dates back to 220 million years ago. Its traits include enlarged second claws, bird-like beaks and claw tails. The researchers, who published their findings in the Journal of Vertebrate Paleontology, also say the new species could have used its claws to burrow like a mole.

Read it at Associated Press

LeoLabs tracking “high risk” orbital collision probability today – NASASpaceFlight.com

LeoLabs tracking “high risk” orbital collision probability today – NASASpaceFlight.com

Pieces of orbiting space junk set for very close pass

New Covid cases in France jump to more than 30,000

The World Health Organization urges tough measures in France and elsewhere in Europe to save lives.

A rocket booster and a dead satellite might collide tonight, illustrating the ‘ticking time bomb’ of space debris

If that happens, the collision could produce thousands of pieces of space debris, the most since an active communications satellite operated by Iridium and a dead Russian satellite crashed into each other in 2009 some 500 miles over Siberia.

In addition to a couple thousand operational satellites, there is a lot of trash in space — spent satellites and old rocket boosters, the flotsam of previous collisions and military maneuvers, such as when China shot down a dead satellite with a missile in 2003.

The more junk in space, the greater the possibility of additional collisions, which in turn would produce even more debris, further exacerbating a problem that is growing worse.

“Every week we see close approaches, where derelict satellites, rocket bodies, are passing within 100 meters of each other,” said Daniel Ceperley, LeoLabs’ founder and CEO. “This isn’t like this happens once a year. This happens multiple times a week. It’s sort of a ticking time bomb that’s just out there in space.”

He said the chance of a collision was less than 10 percent, but added “that’s extremely high for the space industry. At one in 10,000, a satellite operator will move their satellite. At one in 1,000, it’s is considered an emergency.” He said the company would know within a “couple of hours” whether there is a collision or not. And he said the probability of a collision could change as the objects get closer, and the company gathers more data.

So far this year, the International Space Station has had to maneuver three times to avoid debris, NASA said. Speaking at a Senate Commerce Committee hearing recently, NASA Administrator Jim Bridenstine lamented the growing problem and said in addition to the times the station has had to maneuver there “were three potential [collisions] that made us very nervous.”

The challenge, he said, is “we don’t have as a nation, or even as a world, a robust architecture for how we’re going to integrate all of these capabilities into this small space. And it’s becoming more and more of a problem.”

The concerns come as companies such as SpaceX and Amazon are vying to launch thousands of satellites to low Earth orbit where they would beam the Internet to rural and underserved communities. Over the next 10 years, more than 50,0000 satellites could be launched, according to Analytical Graphics Inc., a company based outside of Philadelphia that also tracks spacecraft and debris. The Pentagon tracks about 22,000 pieces of debris larger than about four inches, but scientists say there are nearly 1 million larger than half an inch. With all the debris floating around in orbit, AGI estimates that there could be as many as 404 collision and 17 million close calls in the most congested orbits over the next decade.

That is fueling a push in some quarters, including the White House, for a civilian agency, namely the Commerce Department to take over the job of tracking debris and issuing warnings. But that effort has moved slowly, while some in Congress favor the Federal Aviation Administration instead.

In the meantime, the problem isn’t going away.

The two objects hurtling toward each other Thursday evening are fairly large — the combined mass is more than 6,000 pounds, according to LeoLabs. With each traveling some 17,000 mph, a collision could be catastrophic, and there is nothing anybody can do to push them off course.

“Neither object is maneuverable, so there is nothing to do but watch,” said Todd Harrison, the director of the aerospace security project at the Center for Strategic and International Studies. “At an altitude of more than [600 miles], the debris will linger for many decades.”

Supraconducteurs: les matériaux suscitent l'espoir d'une révolution énergétique

Les scientifiques ont trouvé le premier matériau qui présente une propriété très recherchée à température ambiante.

Il est supraconducteur, ce qui signifie que le courant électrique le traverse avec une efficacité parfaite – sans gaspillage d’énergie sous forme de chaleur.

En ce moment, une grande partie de l’énergie que nous produisons est gaspillée à cause de la résistance électrique, perdue sous forme de chaleur.

Ainsi, les matériaux “supraconducteurs” à température ambiante pourraient révolutionner le réseau électrique.

Jusqu’à ce point, l’obtention de la supraconductivité exigeait des matériaux de refroidissement à des températures très basses. Lorsque la propriété a été découverte en 1911, elle n’a été trouvée qu’à une température proche du zéro absolu (-273,15 ° C).

Depuis lors, les physiciens ont découvert des matériaux supraconducteurs à des températures plus élevées – mais toujours très froides.

Les supraconducteurs à température ambiante pourraient révolutionner le réseau électrique

L’équipe derrière cette dernière découverte dit que c’est une avancée majeure dans une recherche qui dure depuis un siècle.

“En raison des limites des basses températures, des matériaux aux propriétés aussi extraordinaires n’ont pas tout à fait transformé le monde comme beaucoup auraient pu l’imaginer”, a déclaré le Dr Ranga Dias, de l’Université de Rochester, à New York. Etat.

“Cependant, notre découverte fera tomber ces barrières et ouvrira la porte à de nombreuses applications potentielles.”

Le Dr Dias a ajouté que les supraconducteurs à température ambiante “peuvent définitivement changer le monde tel que nous le connaissons”.

Ces matériaux pourraient avoir de nombreuses autres applications. Celles-ci incluent une nouvelle façon de propulser les trains en lévitation – comme les trains Maglev qui «flottent» au-dessus de la voie au Japon et à Shanghai, en Chine. La lévitation magnétique est une caractéristique de certains matériaux supraconducteurs.

Une autre application serait l’électronique plus rapide et plus efficace.

“Avec ce type de technologie, vous pouvez amener la société dans une société supraconductrice où vous n’aurez plus jamais besoin de choses comme des piles”, a déclaré le co-auteur Ashkan Salamat de l’Université du Nevada, à Las Vegas.

on Twitter.‘ data-reactid=”90″> Suivez Paul sur Twitter.

Les scientifiques ont pu observer le comportement supraconducteur à température ambiante dans le laboratoire

[ 19459017]

Estes Destination Mars Colonizer Model Rocket Starter Set – Comprend le kit de fusée (niveau de compétence débutant), la rampe de lancement, le contrôleur de lancement, la colle, quatre piles AA et deux moteurs

space junk, conceptual artwork

VISIONS DE VICTOR HABBICK Getty Images

  • LeoLabs, une société qui suit les débris spatiaux sur l’orbite de la Terre, a annoncé qu’elle surveillait une collision potentielle de deux objets le 16 octobre.
  • Les objets – un ancien soviétique satellite et un étage de fusée chinois abandonné – ont une masse combinée d’environ 6 170 livres.
  • Les experts craignent que la collision ne déclenche une réaction en chaîne de collisions , mettant en vigueur le syndrome de Kessler.

    Mardi, LeoLabs, une société qui surveille les trajectoires des débris spatiaux en orbite terrestre basse, a annoncé sur Twitter qu’elle suivait une conjonction potentielle – c’est parler de l’espace pour un crash à mi-orbite – ce soir entre un satellite soviétique disparu et un étage de fusée chinois abandonné.

    Ce contenu est importé de Twitter. Vous pourrez peut-être trouver le même contenu dans un autre format, ou vous pourrez peut-être trouver plus d’informations, sur leur site Web.

    “Il s’agit d’un événement potentiellement grave. Il se situe entre 2 gros objets et à haute altitude, 991 km”, a tweeté l’ancien astronaute et co-fondateur de LeoLabs Ed Lu . “S’il y a une collision, il y aura beaucoup de débris qui resteront en orbite pendant longtemps.”

    🌌 Vous aimez notre univers de badass. Nous aussi. Allons-y ensemble.

    La masse combinée des deux objets, qui devraient se dépasser à une vitesse relative impressionnante d’environ 32 900 miles par heure, est estimée à 6 170 livres sterling. LeoLabs a depuis mis à jour ses modèles … et les choses semblent sinistres.

    Selon les derniers calculs de la société , les objets devraient s’approcher à moins de 80 pieds les uns des autres (± 59 pieds). La probabilité d’une collision est supérieure à 10%. Si les satellites entrent en collision, l’impact pourrait propager un réseau de débris sur l’orbite terrestre basse.

    Ce contenu est importé de {embed-name}. Vous pourrez peut-être trouver le même contenu dans un autre format, ou vous pourrez peut-être trouver plus d’informations, sur leur site Web.

    L’un des objets est Parus 64 (Kosmos 2004), un satellite de navigation soviétique, qui a été lancé le 22 février 1989 et pèse environ 1 700 livres. (Il dispose également d’un boom gravitaire de 55 pieds de long, selon Jonathan McDowell , un astronome du Harvard Smithsonian Center for Astrophyics, qui suit les débris spatiaux.) L’autre est un CZ-4C de fabrication chinoise. l’étage de fusée, qui mesure environ 2o pieds de long et est soupçonné d’avoir été lancé en 2004.

    LeoLabs a noté l’étage de fusée CZ-4C passera au-dessus de l’un des radars de la société basés en Nouvelle-Zélande peu de temps après l’approche de fermeture prévue. Cela devrait fournir suffisamment de données pour révéler le sort des deux objets et détecter tout nouveau débris.


    🚀Nos kits de modèles réduits de fusées préférés


    Ce scénario exact est celui dont les experts en vols spatiaux mettent en garde depuis des décennies. La Terre est enveloppée dans une toile de débris spatiaux , avec des morceaux dont la taille va des taches de peinture aux étages de fusées épuisées. Le réseau de surveillance spatiale des États-Unis surveille actuellement environ 200 000 objets entre 0,4 et 4 pouces, 14 000 objets de plus de 4 pouces et des milliers d’objets plus grands.

    En 1978, le scientifique de la NASA Donald Kessler a publié un article marquant sur les impacts potentiels des collisions de débris spatiaux sur l’orbite terrestre. Il a prédit un avenir sombre dans lequel une chaîne de collisions pourrait envoyer une vague impénétrable de débris sur l’orbite terrestre basse, rendant le reste de l’univers hors de portée de l’humanité pendant des décennies.

    Ces préoccupations se sont accrues ces dernières années alors que des sociétés comme Starlink, Kepler et OneWeb de SpaceX projettent de lancer de vastes constellations de satellites de communication en orbite. Dans une récente interview avec CNN Business , le PDG de RocketLab, Peter Beck, a déclaré que la quantité toujours croissante de déchets spatiaux avait déjà un impact sur les opérations de l’entreprise. Les constellations de satellites rendent particulièrement difficile pour RocketLab de trouver un chemin clair vers l’espace extra-atmosphérique, a déclaré Beck.

    En septembre, la Station spatiale internationale (ISS) a esquivé une collision particulièrement effrayante. Les cosmonautes russes Ivan Vagner et Anatoly Ivanishin, ainsi que l’astronaute de la NASA Chris Cassidy, se sont blottis dans l’une des capsules Soyouz attachées à l’ISS par précaution au cas où la station spatiale serait compromise par les débris. L’administrateur de la NASA Jim Bridenstine a exprimé sa frustration dans un tweet du 22 septembre à la suite du quasi-accident de la station spatiale.

    Ce contenu est importé de Twitter. Vous pourrez peut-être trouver le même contenu dans un autre format, ou vous pourrez peut-être trouver plus d’informations, sur leur site Web.

    Et puis il y a la menace d’acteurs malveillants qui pourraient potentiellement tirer des missiles sur des satellites en orbite. L’Inde et la Chine ont testé la technologie anti-satellite ces dernières années – au grand dam du reste de la communauté des vols spatiaux.

    La surveillance et la prévention de la collision des débris spatiaux sont devenues une priorité pour les entreprises spatiales privées et les agences spatiales héritées du monde entier. Heureusement, des programmes comme le projet RemoveDEBRIS de l’Université de Surrey et l’US Air Force sont en train de développer une technologie visant à retirer les débris spatiaux de l’orbite. Cela prendra du temps avant que cette technologie ne décolle.

    Espérons que cela se produira le plus tôt possible.

    Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur du contenu similaire sur piano.io

    Un match de hockey transformé en événement de super-épandage COVID-19

    Un match de hockey sur glace récréatif en Floride s’est transformé en un événement “super répandu” lorsque 14 joueurs sur 22 ont développé le COVID-19 après le match, y compris des joueurs des deux équipes, selon un nouveau rapport.

    Le rapport, publié jeudi 15 octobre dans la revue Centers for Disease Control and Prevention Morbidity and Mortality Weekly Report , met en évidence le risque particulier du sport en salle événements pour la propagation du COVID-19, ont déclaré les auteurs.

    Le match, qui a eu lieu le 16 juin sur une patinoire de Tampa Bay, en Floride, impliquait deux équipes de 11 joueurs chacune, selon le rapport de chercheurs du Florida Department of Health. En règle générale, six joueurs étaient sur la glace et cinq sur le banc à un moment donné, selon le rapport. Tous les joueurs étaient des hommes et étaient âgés de 19 à 53 ans. Aucun des joueurs ne portait de masques en tissu sur la glace ou dans les vestiaires, bien que certains joueurs portaient une protection faciale liée au hockey comme des cages métalliques ou des demi-écrans en plastique qui couvraient les yeux et la partie supérieure du nez.

    Le match a duré 60 minutes et les joueurs ont passé environ 20 minutes dans les vestiaires avant et après le match, chaque équipe ayant un vestiaire séparé.

    Le lendemain du match (17 juin), un des joueurs a développé une fièvre, une toux, des maux de gorge et des maux de tête et a été testé positif au COVID-19. Dans les quatre jours suivants (du 18 juin au 21 juin), 13 joueurs supplémentaires ont développé des symptômes du COVID-19 – huit joueurs faisaient partie de la même équipe que le cas initial et cinq joueurs faisaient partie de l’équipe adverse. Un membre du personnel de la patinoire a également développé des symptômes de COVID-19 dans les jours qui ont suivi le match. ( y compris le cas initial et le membre du personnel de la patinoire), 11 ont été confirmés comme ayant le COVID-19 grâce à un test positif, et deux n’ont pas été testés, selon le rapport. Les joueurs asymptomatiques n’ont pas été testés, il peut donc y avoir eu des cas asymptomatiques supplémentaires .

    Les joueurs n’avaient pas d’autres expositions communes dans la semaine précédant le jeu, et les chercheurs émettent l’hypothèse qu’un joueur a propagé COVID-19 aux autres joueurs pendant le jeu alors qu’il était présymptomatique.

    Le nouveau rapport est l’un des premiers à documenter la propagation du COVID-19 lors d’un événement sportif ou d’un entraînement, bien qu’il y ait eu un certain nombre de rapports anecdotiques.

    “La patinoire offre un lieu qui est probablement bien adapté à la transmission du COVID-19 comme environnement intérieur où la respiration profonde se produit et les personnes sont à proximité les unes des autres”, indique le rapport.

    Les températures froides de la patinoire peuvent également aider le virus à se propager, comme l’ont suggéré des éclosions dans les usines de transformation de la viande. Les températures froides permettent au virus de survivre plus longtemps à l’extérieur du corps, y compris dans l’air, selon Wired . Et une étude a révélé que les nouvelles particules de coronavirus pouvaient parcourir plus de 8 mètres dans l’air froid et vicié d’un abattoir, selon Bloomberg .

    L’environnement de la patinoire crée le potentiel d’un “événement de super-propagation, en particulier avec la transmission communautaire continue du COVID-19”, ont-ils conclu.

    Initialement publié sur Live Science.