Le réacteur nucléaire d'Onagawa touché par le tsunami peut redémarrer – Japan Today

Le réacteur nucléaire d'Onagawa touché par le tsunami peut redémarrer – Japan Today

Un réacteur nucléaire dans le nord-est du Japon endommagé par le tremblement de terre et le tsunami de 2011 est presque certain de reprendre ses opérations car le gouverneur de la préfecture hébergeant l’installation a décidé de donner son accord, ont déclaré mercredi des responsables locaux.

Pour que l’unité n ° 2 de la centrale nucléaire d’Onagawa dans la préfecture de Miyagi redémarre, obtenir le consentement des dirigeants du gouvernement local est la dernière étape restante nécessaire après avoir autorisé un examen de sécurité national en février.

Miyagi Gov Yoshihiro Murai annoncera officiellement son consentement d’ici la fin de l’année, selon les responsables, qui se sont exprimés sous couvert d’anonymat.

Ce faisant, il serait le premier gouverneur d’une préfecture sinistrée à donner le feu vert au redémarrage d’un réacteur nucléaire.

Les autres chefs de gouvernement local dont le consentement est essentiel sont les maires de la ville d’Ishinomaki et de la ville d’Onagawa où se trouve la centrale exploitée par Tohoku Electric Power Co.

Parmi eux, le maire d’Ishinomaki, Hiroshi Kameyama, a déjà exprimé sa volonté de donner un signe de tête, et une telle démarche est soutenue par les assemblées des deux municipalités.

Après que le tremblement de terre ait déclenché l’une des pires crises nucléaires du monde dans la préfecture voisine de Fukushima et provoqué l’arrêt des 54 réacteurs du Japon à un moment donné, neuf unités de cinq usines du pays ont redémarré après approbation réglementaire et locale.

Murai en est venu à croire que les habitants appuieront sa position après que l’assemblée préfectorale ait adopté un plaidoyer demandant son consentement lors d’une réunion de groupe mardi et s’apprête à l’approuver lors d’une séance plénière la semaine prochaine, ont indiqué les responsables.

“Lorsque la session plénière montrera sa position, je prendrai une décision après avoir entendu les opinions des maires des villes et villages de la préfecture”, a déclaré Murai.

Le réacteur de 825 000 kilowatts a obtenu l’approbation de l’Autorité de régulation nucléaire en février, devenant le deuxième réacteur endommagé par une catastrophe à passer des normes de sécurité plus strictes après la catastrophe nucléaire de Fukushima – la pire depuis l’accident de Tchernobyl en 1986.

Au complexe d’Onagawa, les trois réacteurs – les mêmes réacteurs à eau bouillante qu’à Fukushima – se sont arrêtés lorsqu’un tremblement de terre massif et un tsunami de 13 mètres ont frappé le nord-est du Japon le 11 mars 2011, inondant les sous-sols du Unité n ° 2.

Cependant, le système de refroidissement d’urgence de la centrale n’a pas échoué et il n’y a pas eu de fusion du type de celle qui s’est produite dans trois des six réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi de Tokyo Electric Power Company Holdings Inc.

Tohoku Electric Power Co a pour objectif de redémarrer le réacteur Onagawa n ° 2 au plus tôt en 2022, après avoir achevé les travaux anti-catastrophe tels que la construction d’une digue de 800 mètres de long à l’usine. Il a déjà décidé de supprimer l’unité n ° 1.

D’autres réacteurs à eau bouillante de l’usine TEPCO de Kashiwazaki-Kariwa dans la préfecture de Niigata et de l’usine Tokai n ° 2 de Japan Atomic Power Co. dans la préfecture d’Ibaraki ont également obtenu l’approbation du régulateur pour reprendre leurs activités, mais n’ont pas encore obtenu le consentement local.

© KYODO

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Copy link